Pourquoi j’ai compris que je ne devais pas prospecter activement

prospection

Quand on crée son entreprise, la première peur qui nous vient c’est la peur de l’échec.
Lancer son projet n’est pas une chose que l’on fait à la légère, c’est notre bébé et on souhaite qu’il réussisse.

Pour cela, l’une des premières choses que l’on fait en créant sa boîte, c’est travailler la partie commerciale.
Et qui dit commercial, dit prospection.

Je ne sais pas pour vous, mais la prospection a toujours été une corvée pour moi.
Moi qui suis de nature réservée, avec une bonne dose de manque de confiance en moi, je ne partais forcément gagnante.

Appeler des personnes qui ne me connaissent pas, n’ont peut être pas envie de me connaitre, et leur vendre mes services…cela allait à l’encontre de ma personnalité.

Mais au début de mon entreprise, j’avais une petite voix dans ma tête qui me disait « Si tu ne prospectes pas, tu n’auras pas de clients et ta boite ne va pas marcher ». 

Alors je me suis forcée. J’ai repris mes cours de commercial que j’avais étudié en BTS (True story), j’ai créé mon propre scénario téléphonique selon chaque situation et j’ai créé une base de données avec des prospects qualitatifs. Une fois tous ces outils à mes côtés je me sentais (un peu) plus confiante, et je m’y suis mise.

Le premier coup de fil a été dur, j’ai dû bafouiller quelques mots et paraître pressée. Et pour cause, j’avais hâte de raccrocher.
Ensuite j’ai soufflé un bon coup et j’ai continué d’appeler ma liste de prospects. Cela se passait mieux au fur et à mesure. Ce n’était plus la tâche insurmontable qui me donnait des angoisses. “Juste” une tâche qui ne me plaisait pas.
A force d’avoir du travail qui rentrait, je prenais de moins en moins le temps de m’atteler à cette tâche.

Les premiers clients à me solliciter me contactaient suite à des rencontres entre entrepreneurs.
Puis les contrats se sont suivis, et à force d’avoir des clients grâce au réseau et bouche à oreille, j’ai commencé à me demander « mais pourquoi je me casse la tête à démarcher des gens par téléphone ou mail, alors que je gagne ma vie en les rencontrant de manière plus informelle ?

J’ai mis du temps à m’autoriser à changer de méthode commerciale.
Toujours cette petite voix qui me disait : « la prospection téléphonique est le passage obligatoire pour avoir des clients », ou “tu ne changes pas de méthode, tu évites simplement le problème”.

Et un jour j’ai fait le compte des clients que j’avais et avec qui j’avais travaillé auparavant.
80 % venait du réseau que j’avais construit en rencontrant d’autres créateurs, et le reste 20% venait de recommandations clients ou de recherches internet.
Vous ne voyez pas le nombre de clients gagnés grâce à ma prospection par téléphone ou mail ?
C’est normal, j’en ai eu 0.

Cela a été le déclic. La prospection directe n’est pas ma méthode. Ce n’est pas une démarche naturelle pour moi, et peut être que cela se ressentait. Il fallait que j’arrête de me torturer l’esprit et de perdre du temps. Rencontrer d’autres entrepreneurs de manière informelle, autour d’un café ou d’une bière, ça me ressemble plus ! (pas forcément pour la bière 😉 )

Lorsque je rencontre des créateurs, je suis naturelle et cela se ressent.
Je n’y vais pas dans une démarche commerciale “agressive”, je ne me vends pas.
J’échange avec eux de manière informelle sur la vie d’entrepreneur,  et présente mes services uniquement si on me le demande.
Je ne vais jamais donner ma carte à une personne qui ne s’intéresse pas à moi.

Les rencontres me permettent de faire d’une paire de coups, en rencontrant d’autres entrepreneurs qui sont dans la même situation que moi. C’est toujours sympa de sortir de sa bulle et de partager nos anecdotes et expériences !

J’espère que ce partage d’expérience vous parle et vous aidera à trouver VOTRE façon de prospecter et trouver vos clients. 🙂

Faustine.

Fermer le menu